Alisée de Tonnac : CEO de seedstars et maman de deux !

Alisée est CEO de seedstars, une organisation mondiale spécialisée dans la recherche de start-up prometteuses dans les pays émergents. A 32 ans, elle a fait un tour du monde, 2 TEDx, la couverture de Bilan, de Forbes “30 under 30” et a été élue l’une des femmes les plus influentes du monde de la tech, rien que ça ! Ce que vous ne savez peut-être pas c’est qu’avant d’être une wonder woman, Alisée est une wonder mom. Maman de deux, elle était enceinte de 8 mois lors de notre rencontre en février. Cette Interview vous permet de la découvrir sous un angle plus personnel. Elle partage avec nous ses envies, ses craintes, ses doutes, sa façon de concilier vie de famille et carrière tout en essayant de gérer une émotion que toutes les mères connaissent: la culpabilité. Découvrez sans plus attendre cette nouvelle story inédite et inspirante.

Alisée, peux-tu te présenter en quelques mots?
Hmmm, ce n’est pas facile de se dévoiler (sourire). Habituellement, les interviews que je fais sont plutôt focus sur seedstars, pas sur moi… J’ai 32 ans. Je suis française mais j’ai grandi entre Singapour, les Etats-Unis, la Suisse et l’Italie. Après mes études universitaires à Lausanne et à Milan j’ai tout de suite commencé chez L’Oréal en marketing. A 24 ans, j’ai rencontré, par l’intermédiaire d’une amie, Pierre-Alain, l’un des trois fondateurs de seedstars avec qui je me suis associée et dont je suis tombée amoureuse. Il est devenu également mon compagnon de vie et le père de mes enfants. Convaincue par le potentiel de seedstars, j’ai décidé de quitter mon job “confortable” pour me lancer dans cette incroyable aventure tant sur le plan entrepreneurial que humain. Le projet a rapidement grandi. En 2013, nous avons organisé une compétition mondiale de start-up et nous sommes partis pour notre premier tour du monde.

Tu es maman d’un petit garçon (2 ans) et enceinte du deuxième. Comment as-tu vécu et vis-tu tes grossesses?
La grossesse ce n’est pas vraiment mon truc. On s’imagine que c’est anodin mais cela a bouleversé ma vie tant physiquement, hormonalement que socialement voire même intellectuellement. Il faut le vivre pour réellement comprendre. C’est comme si j’avais totalement perdu mon identité, dû me reconstruire et réapprendre à me connaître. Il faut beaucoup de naïveté pour se lancer dans la maternité mais, heureusement, on oublie vite (sourire). Tu dois apprendre aussi à vivre avec ce nouveau sentiment qu’est la culpabilité d’être à la maison ou au travail. 

Do one thing everyday that scares you.

Eleanor Roosvelt

As-tu levé et lèves-tu le pied au travail pendant ces 9 mois?
Seedstars est un projet qui me prend aux tripes. Il fait partie de moi. Enceinte ou maman, je n’arrive pas à lâcher. J’ai la chance immense d’avoir une équipe et un compagnon formidables sur qui je peux m’appuyer. Je me suis aménagée un emploi du temps sur-mesure me permettant de combiner assez facilement vie de maman et vie pro. Avec un deuxième enfant en route, il va falloir trouver une nouvelle dynamique mais je suis relativement confiante sachant plus ou moins déjà à quoi m’attendre, enfin j’espère (sourire).

Travailler avec ton compagnon, le père de tes enfants, est-ce un avantage ou un challenge?
Je dois dire que la meilleure décision que j’ai prise dans ma carrière c’est de le choisir lui. Il y a 8 ans, nous sommes devenus des associés et un couple en même temps. Ne connaissant que cette configuration, je ne peux pas comparer mais je le vois clairement plus comme un avantage. Depuis 6 ans, on parcourt le monde à deux. On partage les mêmes passions, les mêmes valeurs et les mêmes envies. Étant dans la même aventure, la frontière entre le travail et la maison est infime, voire inexistante (ce qui n’est pas toujours facile, surtout pour moi). On parle et on vit seedstars la journée, le soir, le weekend et en vacances. Il faudrait qu’on s’impose plus souvent de couper mais on adore ça et brainstormer ensemble fait partie de notre vie de couple.

Oui il est possible de concilier vie de famille et vie professionnelle, mais il faut accepter que certains choix vont demander des sacrifices.

Penses-tu qu’il soit possible de concilier vie de famille et vie professionnelle ? Si oui, comment?
Oui, c’est possible, mais il faut accepter que certains choix vont demander des sacrifices. Je suis tiraillée d’un côté en me disant que c’est maintenant ou jamais que je dois tout donner pour ma carrière et d’un autre, il y a la réalité. Celle d’une maman d’un enfant de 2 ans et enceinte de 8 mois du deuxième. Il faut accepter que les choses prendront plus de temps et seront différentes ce qui ne veut pas dire moins bien. Retourner au travail après avoir eu un enfant n’est pas évident. Il faut retrouver sa place et une certaine confiance. Travailler fait partie de mon équilibre. J’ai besoin de faire quelque chose qui me motive, qui a de la valeur et où je me sens valorisée. Chacune est différente et doit pouvoir suivre ses aspirations.

Comment as-tu vécu le fait de devoir déléguer certaines responsabilités professionnelles à ton conjoint pendant tes grossesses?
Je ne vais pas mentir, j’ai ressenti de la jalousie mais également beaucoup de culpabilité sur le fait de ne plus “délivrer” autant qu’avant pendant la grossesse et la maternité. Depuis, comme il est primordial pour moi de passer du temps avec mon fils nous avons mis en place une nouvelle organisation et dynamique de travail. Mon conjoint dirait la même chose. A la maison, les tâches sont plus ou moins équitablement réparties entre nous deux. Pas de raison que j’en fasse plus (sourire).

Quels conseils donnerais-tu aux femmes qui veulent réussir professionnellement?

  1. Choisissez une société qui vous valorise.
  2. Ne vous excusez plus tout le temps pour tout.
  3. Ne subissez plus le syndrome de l’imposteur (j’en suis la victime N°1. Dès que je fais une rechute, j’ai plusieurs personnes que je peux appeler pour me ramener sur terre et me redonner confiance en moi).
  4. Trouvez ce qui vous anime vraiment.
  5. Assurez vous que votre partenaire de vie soit le bon pour soutenir vos choix.

Quelle est la plus belle leçon que tu aies apprise en devenant mère?
Que je n’ai jamais été autant la fille de ma mère qu’en le devenant à mon tour. Je n’ai jamais eu autant besoin d’elle ! J’ai réalisé ce que voulait dire aimer de manière inconditionnelle et être dévouée au bien-être de ses enfants et de sa famille.

Ton moto?
“ Do one thing everyday that scares you”  de Eleanor Roosevelt. 

Une citation?
“If you think the grass is greener on the other side it’s because it was fertilized with bullshit.” Elle est écrite pour moi (sourire).

Une femme inspirante?
Il y en a tellement mais je dirais Michelle Obama. je la trouve impressionnante et tellement juste dans ses mots.

Un livre?
Lean in de Sheryl Sandberg

Alisée, que peut-on te souhaiter de meilleur aujourd’hui pour demain ?
7 heures de sommeil d’affilé, j’en rêve (sourire) !

Alisée

Depuis notre rencontre au mois de février, Alisée a mis au monde une magnifique petite fille et toute la famille se porte bien. On se réjouit de la revoir prochainement !
Si vous avez envie de rencontrer Alisée et lui poser toutes vos questions sur sa vision de la maternité et du travail inscrivez-vous à notre prochain MothersTalk « Carrière et maternité, est-ce compatible ? ».

PROGRAMME:

👩🏼👩🏻 Animé par Elsa & Natalie
💻 Live ZOOM (un lien vous sera envoyé la veille)
📆 Mardi, 29 September
⏱1h30 de Talk
💲15 CHF
🇫🇷 Le Talk sera donné en Français. Alisée parlant aussi anglais elle pourra répondre plus spécifiquement en anglais si besoin.

Vous avez aimé cette story ? Découvrez d’autres histoires de mamans inspirantes qui nous parlent de carrière et de maternité.

À lire aussi /